MAURICE

Zaka Maurice : le métissage. L’histoire du rhum à Maurice est intimement liée au développement de l’industrie du sucre de canne. Les premiers colons, hollandais, furent les premiers à planter la canne à sucre importée de Java en 1639, puis produisirent les premières « eaux de vie de canne » en 1694.

Les Français arrivèrent sur l’ile en 1715 et créèrent la première distillerie en 1740. Le rhum à cette époque était appelé Arak, un terme créole toujours utilisé par certains Mauriciens. Ils introduisirent ensuite la canne à sucre Batavia, plus résistante et idéale pour les sols volcaniques et le climat tropical de Maurice

A cette époque, le rhum était intimement lié aux célébrations et aux danses qui formaient, parmi les esclaves et paysans, le rituel de début et de fin de récolte. Le terme Zaka signifie d’ailleurs « donner, partager », ce qui est particulièrement vrai pour les Mauriciens réputés pour leur sens de l’accueil et leur générosité. Les travailleurs originaires d’Inde, d’Afrique ou d’Asie qui partageaient le labeur dans les plantations avaient eu aussi un grand respect pour la terre et pour son produit. C’est ce métissage culturel et ethnique qui depuis toujours représente l’identité de Maurice, et que symbolise Zaka dans son édition « Maurice »

A propos de Zaka Maurice